Mines et carrières Valbonnais Beaumont Matheysine

     Dans les mines (indiquées par des lettres) on extrait des minéraux ou du combustible                                                      Dans les carrières (indiquées par des chiffres) on extrait des matériaux de construction

LES MINES 

a. Villaret,
b. Peychagnard,
c. La Motte-d’Aveillans, Puteville, Picardon d. Les Rioux sur la commune de Prunières, e. N.D. de Vaulx
f. Oris*
g. Le Villard d’Entraigues
h. Prés Clos 

i. Les Bigeards
j. St-Barthélémy-de-Séchilienne
k. Aspres-les-Corps

* C . Musée de la Mine Image 
Des bénévoles ont dégagé les galeries, fait d’importants travaux, organisé des visites commentées par d’anciens mineurs et proposent aux visiteurs une très riche muséographie. 

Mine de prés Clos (h) ouverte pendant la guerre, elle a été subventionnée entre autres par les Ets Perrin / Valisère

 Mine de zinc sulfuré à Laffrey (13)

CARRIERES

La Syénite de Malentraz (6) servait de pierre de construction (linteaux et montants de portes et fenêtres) elle était utilisée localement (fontaine de La Chalp au Désert de Valjouffrey 

Ardoisière d’Ornon (21) : A la fin du XIXe siècle, pour lutter contre les incendies trop fréquents, on remplaça progressivement le chaume des toits de la vallée de la Roizonne par l’ardoise d’Ornon. Mais gélive, lourde et coûteuse, elle fut abandonnée à la faveur de  la tôle, puis du fibrociment, puis de la tuile.

Pierre meulière de Prunières (12) « La plus ancienne mention de cette meulière est de 1383, La production totale est évaluée à une centaine de meules. La fin de l'extraction se situe vers 1820, peu de meules étaient fournies depuis 1793. 

Maurice Séchier 

Gypse et calcaire dit de Laffrey à Cognet (19) 
(Près de la chapelle qui domine Les Echarennes) « Strates de calcaire de Laffrey pentées à 45°ont été une carrière pour les fours à chaux. » 

Maurice Séchier

Cinabre de Prunières (12) galerie de prospection de cinabre (sulfure de mercure, aussi servi de colorant (rouge vermillon). 

Albâtre de ND de Mésage (16) 
(de nombreuses sculptures, tombeaux, gisants, bustes, parements de façades du moyen âge proviennent de ce matériau qui a ensuite été utilisé pour la fabrication du plâtre...) 

 

LES CARRIERES :

1. Carrières de calcaire dit de Laffrey à Versenat (construction des viaducs, gares et murs de soutènement du SGLMG), Simane (construction collège) 

2. Cimenteries du Pont du Prêtre ( Pelloux*, Siévoz, St- Laurent)

3. Gypière de Valbonnais*

4. Carrière de cipolin ou marbre blanc de Valsenestre* 

4 et 5. Les ardoises de Valsenestre et du Désert de Valjouffrey utilisées dans le canton de Valbonnais. ( peu feuilletées et épaisses.)

5 ̈ Gneiss, granite, utilisés sous forme de gravier pour la construction des routes régionales. 

6. Extraction de Syénite de Malentraz.

7. marbre rose au Villard d’Entraigues près du canal du Beaumont au lieu dit « la Carrière ». 

8. Carrière de serpentinite de La Chinarde* 

9. Carrière de sable de Siévoz 

10. de Nantizon”

11. marbre “ gris panaché ” de Peychagnard 

12. Carrière de pierre meulière et cinabre à Prunières. 

13. Carrières de calcaire dit de Laffrey à Laffrey 14. Carrière de calcaire pour ciment Villard-St-Christophe

15. Carrière de calcaire pour ciment, Le Vivier  16. Carrière d’albâtre de ND de Mésage 

17. Carrière d’argile de Sousville : « La Tuilerie » 18. Sablière de Roizon

19. Gypse et calcaire dit de Laffrey à Cognet gypse aussi dans le Connex

20. Carrière de marbre noir de Ste Luce*  Ardoisières d’Ornon

22. Carrière de pierre à chaux et ciment au lieu-dit Les Côtes exploitée depuis 1909 jusqu’à dans les années trente (source Marcel VIEUX). Dernier exploitant : Tremier Auguste entrepreneur en TP de Saint-Michel-en-Beaumont 

23. 24. On trouve aussi du plomb, de l’argent et du cuivre à Mayres (la Californie),

25. Saint-Arey du travertin roche sédimentaire calcaire à St Arey.

26. Sources thermales à La Motte-les-Bains. 

L’ancien établissement thermal de La- Motte-les-Bains (26)  Les eaux bromo chlorurées sodiques
étaient utilisées pour le traitement de la syphilis. 
La source d’eau chaude a été noyée dans le lac de Monteynard à la construction du barrage.